Ça transpire !

L’OM prépare la prochaine saison, à sa manière

veolodrome
À Marseille, depuis longtemps on le sait, pour le club de football, il n’y a pas de secret. A l’OM, soit c’est le b….., et si ce n’est pas le cas, ne vous inquiétez pas, ça va venir. Dernière cagade, le directeur sportif Andoni Zubizarreta, quitte le club. Il pourrait entraîner avec lui, André Villas-Boas, le coach portugais de l’OM. Celui-ci, clame depuis longtemps que son futur est fortement lié à l’OM, et à celui du directeur sportif espagnol. C’est vrai, que ce serait dommage de tout démonter, pour une fois que les choses prenaient un peu d’allure. Sans encore avoir fait des miracles, on peut tout de même accorder, qu’il est pour le moins regrettable pour l’OM, de ne pas profiter de l’année de contrat qu’il restait avec Zubizarreta. Le souci encore une fois, pour le club de la Canebière et pour l’ex-directeur sportif de l’Olympique de Marseille, c’est d’avoir eu surtout des bons résultats sur les structures du club, et moins sur les coups médiatiques liés au mercato.

Des échecs dans le recrutement

Soyons clair, oui, il était facile de deviner que Patrice Evra, n’avait pas dans la tête suffisamment pour compenser ce que l’âge lui faisait perdre dans les jambes. De son côté, l’achat du buteur grec Kostas Mitroglou à la fin du mercato 2017, s’est révélé être un échec, par exemple. Bien sûr, Zubi n’a pas vraiment réussi à faire entrer de l’argent dans les caisses avec le mercato. Cependant, le directeur sportif, comme son nom l’indique, ne peut être rendu exclusivement responsable d’un volet financier défectueux. 

Un vrai travail pour rebâtir des fondations solides

Par contre, on doit aussi signaler de belles réussites à son actif. Dans cette catégorie, on retrouve les arrivées, du milieu nantais Valentin Rongier, le défenseur Alvaro Gonzalez (Villarreal), et l’attaquant Dario Benedetto. Sans oublier bien sûr, le coup de maître que constitue la venue d’un vrai cador au poste d’entraîneur, en la personne du portugais André Villas-Boas. Plus importante pour la pérennité du club, son action a surtout été salutaire dans la refonte d’une vraie politique de formation des jeunes à travers, le centre de formation notamment.

À l’heure actuelle, l’hémorragie phocéenne pourrait continuer avec un autre départ, celui de l’entraîneur André Vilas-Boas. Tout cela arrive alors que le contexte sportif n’est pas si mauvais. Il inclut une importante qualification pour la Ligue des Champions pour l’année prochaine. On peut se demander, qu’est-ce que cela peut donner lorsqu’il y a de vrais soucis sportifs. En tout cas, cela ne doit pas vraiment rassurer les candidats au rachat de l’OM. À  ce sujet, la situation est aussi très floue. Franck McCourt, l’actuel propriétaire marseillais, ne semble pas prêt à céder si facilement son projet “OM Champions Project”. Al-Walid Bin Talal, le membre de la famille royale saoudienne, ne serait plus le seul intéressé par le club phocéen. On attend l’entrée en lice d’éventuels autres prétendants pour corser l’histoire. 

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer.

Crédit photo : vélodrome.

 

A propos de l'auteur

La Rédaction

La Rédaction