What else ?

Dominics Cumming : permis de déconfinement pour un conseiller très spécial

Faites ce que je préconise, et ne regardez pas ce que je fais“, ce pourrait être la devise de Dominic Cummings, le conseiller spécial de Boris Johnson. Très spécial certainement, car le Premier ministre britannique, a décidé de soutenir son conseiller. Il le fait, quitte à maintenir une polémique dont il se serait bien passé. Dominic Cummings, est accusé d’avoir violé le confinement.

Les faits sont simples, 2 journaux ont révélé que le conseiller s’était rendu fin mars avec sa femme et leur fils chez ses parents. Il se trouve, que ses parents habitent Durham, à 400 km au Nord-est de Londres. De plus, cette entorse au confinement s’est faite alors qu’il craignait d’être atteint du Covid-19, selon les journalistes.

Des explications, mais pas des excuses

Loin de se départir, Dominic Cummings a tout simplement expliqué les raisons de sa démarche. Il avait besoin d’aide pour la garde de son fils, car sa femme était malade. Il précise, que sa famille a séjourné dans un bâtiment séparé de la propriété. Sur le site web du NewStatesman, les parents de Dominic Cummings, ont expliqué la venue de leur fils par la mort d’un oncle. Pour compléter le tableau, le conseiller spécial affirme ne rien regretter, et surtout évite de présenter ses excuses.

Il laisse donc au gouvernement la charge de gérer la polémique qu’a entraîné son attitude. Depuis, celui-ci s’emploie à faire baisser la tension en insistant sur le fait que le conseiller a agi de “façon responsable, légale et avec honnêteté“. Boris Johnson, a estimé que de nombreuses choses parues dans la presse étaient “manifestement fausses”.

Un conseiller efficace, mais peut-être pas évident à gérer

Cela n’est évidemment pas du goût de nombreux Britanniques. Les réactions politiques fusent de partout, et même du propre camp de Boris Johnson. Parmi les critiques, on trouve même des responsables de l’Eglise. Le souci pour le gouvernement, c’est de donner une image de personnes au-dessus des lois et du peuple. Ce fameux peuple, que la campagne contre le Brexit était sensé soutenir, face à un establishment europhile et distant. Seulement voilà, Dominics Cumming n’est pas du peuple, ni d’un Parti, comme il le revendique. C’est un individualiste, qui a analysé froidement avec le Brexit, une situation et il a adapté des solutions pour gagner. C’est par exemple, des slogans bien distillés à défaut d’être vrais, qui lui ont permis en tant que directeur de campagne d’imposer le Vote Leave. C’est d’ailleurs, peut-être par crainte de cet individualisme, que Boris Johnson préfère l’avoir à ses côtés, pour mieux le gérer.

En fait, en matière de double jeu, ce n’est pas une première. Peu de temps après sa nomination, il a été révélé que la ferme de Dominics Cumming, avait reçu 250 000 euros de subventions agricoles de l’UE. Précédemment, a propos de ces subventions, Cummings avait évoqué une distribution faite à “de très riches propriétaires terriens, pour qu’ils fassent des choses stupides“.

Selon ces deux journaux, un retraité est convaincu d’avoir vu Dominic Cummings à une cinquantaine de kilomètres de Durham. Il a porté plainte, pour de possibles infractions aux lois sur la santé. Il reste, que ce conseiller qui fut au cœur de la campagne du Brexit et de l’élection de Boris Johnson, est certainement trop impliqué et au courant de tout, pour être facilement contrarié.

Crédit photo : jordhan madec

A propos de l'auteur

La Rédaction

La Rédaction