What else ?

A son tour, Linkin Park ne veut pas que Trump utilise leur musique

A priori, le rock et la politique ne sont pas vraiment faits pour s’entendre. C’est encore plus vrai, lorsque le politique est représenté par Donald Trump. On imagine clairement que les groupes, ou les rocks stars, n’ont pas réellement un grand intérêt à être associé à une figure gouvernementale devenue largement clivante. A ce titre, le groupe de musique américain Linkin Park, vient de se rajouter à une liste. Il s’agit des artistes, qui refusent que leur musique soit associée de près ou de loin à la campagne du candidat et président conservateur.

Twitter désactive une nouvelle fois une vidéo de Trump

De fait, le groupe a fait parvenir une lettre de mise en demeure, contestant l’utilisation sans autorisation de sa musique. Le réseau social américain Twitter, a désactivé une vidéo de campagne de Donald Trump. Cette vidéo, a été publiée par le responsable des réseaux sociaux de la Maison-Blanche, Dan Scavino. On pouvait y entendre une reprise de “In the End”, tube du groupe Linkin Park.

Il faut dire, que le groupe formé en 1996 est particulièrement actif sur les réseaux sociaux. Linkin Park, est le premier groupe de rock à franchir le seuil du milliard de vues sur YouTube. Il est aussi très présent sur Facebook. De plus, il a été récompensé de deux Grammy Awards. Au-delà de ça, la relation avec la campagne de Donald Trump jure un peu, lorsque l’on connaît les engagements du groupe au niveau international. Rappelons au passage, que Linkin Park a été distingué pour avoir contribué à mettre en lumière l’importance des Nations unies. Une organisation pas vraiment dans le cœur du chef de l’Etat américain.

Linkin Park rejoint les Rolling Stones et Queen

Quoi qu’il en soit, le groupe de rock américain a dit ne pas avoir autorisé Donald Trump ou son équipe de campagne, à utiliser sa musique. Ce n’est pas le premier groupe à se conduire ainsi. D’autres, ont aussi refusé l’utilisation de leur musique pour des meetings ou des vidéos de campagne du Président. Ainsi, les Rolling Stones, ont menacé Donald Trump de le poursuivre en justice. Ils ne voulaient plus qu’une de leurs chansons, “You Can’t Always Get What You Want”, soit jouée lors d’événements de campagne. Il en est de même pour le groupe de rock Queen. Celui-ci, a vu d’un mauvais œil, l’utilisation de “We are the champions” lors d’une apparition sur scène de Donald Trump à la convention républicaine en 2016.

Peut-on conseiller à Trump et son équipe, d’utiliser des morceaux classiques. Ceux-ci étant dans le domaine public, ils ne feront pas l’objet de contestations. Evidemment, cela fait moins américain, ou alors du vieux blues, mais ça fait moins blanc…

Crédit photo : Lara Wannabe

A propos de l'auteur

La Rédaction

La Rédaction