What else ?

Familles : plus de “Tanguy” dans le Sud que dans le Nord de l’Europe

Dans l’Union européenne, quel est le pays qui abrite le plus de “Tanguy” ? C’est ce qu’une étude a essayé de recenser récemment. Rappelons que l’on appelle “tanguy”, un jeune qui continue à habiter chez ses parents après 25 ans. Les proportions sont évidemment différentes suivant les pays européens. En France, la part est de 17 %, nous allons voir que dans certains pays, cette proportion est plus faible, mais dans d’autres bien plus élevés.

Tout d’abord, un petit rappel pour signaler évidemment que cette appellation de Tanguy, n’a rien d’officielle. Elle fait référence à un film de 2001, réalisé par Eric Chatiliez. Ce film, a mis en évidence le phénomène. A 28 ans, le jeune homme du film réside encore chez ses parents à leur grand désespoir. Le prénom Tanguy, est utilisé désormais dans le langage courant, pour désigner un jeune adulte qui se complaît à rester dans le giron familial.

Un phénomène variable suivant les pays

Cependant, le phénomène n’est pas exclusivement français, comme le souligne la dernière étude d’Eurostat. Celle-ci n’est autre que la direction générale de la Commission européenne, chargée de l’information statistique à l’échelle communautaire. C’est dans les pays nordiques qu’apparemment les jeunes quittent le plus vite le nid parental. La proportion de jeunes âgés de 25 à 34 ans vivant encore chez leurs parents se limite à 4 % au Danemark, 5 % en Finlande et 6 % en Suède. A contrario, ils sont plus de la moitié en Slovaquie avec 56 %, un peu plus en Grèce avec 58 %, et même 62 % en Croatie. Tout cela, nous amène à une moyenne d’âge pour les jeunes de l’UE de 26,2 ans en 2019.

Il y a plusieurs facteurs qui expliquent ces écarts. Le facteur primordial est de toute évidence économique. Citons en premier lieu, les conditions du marché du travail, qui entraîne le niveau d’indépendance financière. A cela se rajoutent parfois des conditions d’accessibilité au logement plus difficile. L’étude recense ensuite la place des particularités culturelles. A ce titre, globalement les enfants des pays du Sud de l’Europe, plus “traditionaliste” sur les valeurs familiales, restent plus longtemps que ceux du Nord.

Les femmes s’en vont plus vite que les hommes

Par contre, on continue à trouver une constante générale. Dans presque tous les États membres de l’UE, les jeunes femmes ont tendance à quitter le foyer parental plus tôt que les hommes. Les plus gros écarts entre les sexes se situent en Roumanie (25,7 ans pour les femmes, contre 30,3 pour les hommes), en Bulgarie (27,6 contre 32,1), en Croatie (29,9 contre 33,6), en Lettonie (24,8 contre 28,1), en Hongrie (25,8 contre 28,5) et la Slovaquie (29,6 contre 32,1).

Notons l’exception qui confirme la règle, le Luxembourg (20,3 ans pour les femmes, contre 20 ans pour les hommes).

Crédit photo : Laurenz Kleinheider

 

A propos de l'auteur

La Rédaction

La Rédaction