L'Echo

2020 : la production de vin en France rebondit après le mauvais millésime 2019

La crise du Covid 19, désarçonne aussi nos bons vieux “marronniers” de l’information. Ceux-ci, ne font plus forcément la une des rubriques. Cependant, il ne faut pas complètement les oublier. En France, le mois de septembre consacre traditionnellement la production de vin. En effet, c’est le mois des vendanges qui d’ailleurs, chaleur oblige, ont déjà largement débuté depuis la fin du mois d’août. Les prévisions de production sont plutôt optimistes.

Les bassins viticoles sont en pleine activité, et pour certains, ils le sont depuis la mi-août. La production de vin en France, devrait s’élever à 45 millions d’hectolitres cette année. Cela représente une hausse de 6 % par rapport à celle de 2019 et de 1 % par rapport à la moyenne des 5 dernières années. Les chiffres ont été annoncés par Agreste, le service statistique du ministère de l’Agriculture.

Des résultats différents suivant les régions

C’est le cas de la Champagne, où ce millésime devient le plus précoce de son histoire. Cependant, débuter plus tôt ne veut pas dire, plus de production. D’ailleurs, les volumes des vins portants officiellement le nom de champagne, sont estimés en repli de 21 % à 1,7 millions d’hectolitres. Cependant, la production globale en Champagne repart à la hausse, après la catastrophique année 2019.

Dans le reste de la France, tout est évidemment une question de pluie, qui va certainement devenir un objet de débats incontournables autour des productions futures. Certaines régions, ont dû revoir leurs prévisions à la baisse à cause de la sécheresse. Il s’agit de la Bourgogne, du Beaujolais, de la Vallée du Rhône, du Centre et du Sud-est. A contrario, pas de souci dans le Bordelais et quelques autres régions qui profitent des pluies du mois dernier.

2020 sera une meilleure année que 2019

Il reste, que globalement la production devrait au moins égaler celle décevante de 2019 pour certains viticulteurs, et repartir à la hausse pour d’autres. Ce sera le cas en Bourgogne et dans le Beaujolais. La hausse est prévue de 12 % à 2,1 millions d’hectolitres. Bonne nouvelle pour le Languedoc-Roussillon, il confirme sa place de première région productrice de vin en France. Pour cela, il peut s’appuyer sur une prévision de 13 millions d’hectolitres. Cela représente une hausse de 7 % par rapport à l’année dernière.

Toutes ces informations sont à consommer avec modérations, bien sûr !

Crédit photo : Howard Bouchevereau

A propos de l'auteur

La Rédaction

La Rédaction