Les buzz !

Camargue : le retour du Castor

Tout le monde connaît le castor, ce sympathique animal est le plus gros rongeur d’Europe. Il est strictement végétarien et sa population en France était de 20 000 individus environ en 2016. En Camargue, voir un castor au cours d’une promenade ce n’était plus possible depuis environ 40 ans. Cependant, depuis quelques semaines, dans un espace protégé du delta de Camargue, des spécialistes du site ont signalé à nouveau la présence d’un castor. Au-delà du bonheur de voir un nouvel animal fréquenter ce magnifique lieu, c’est aussi un signe très encourageant pour l’espèce.

Le retour en Camargue

On peut voir dans cette apparition, un nouvel effet de la baisse de l’activité humaine durant cette période plus ou moins troublée. En fait, il s’agit d’abord du résultat d’une action mise en place depuis longtemps. En attendant, fort est de constater, que le castor est de retour. Cela veut dire, que ce rongeur trouve à nouveau son compte dans les eaux de la Camargue. Actuellement, il se réfugie essentiellement dans un bras du Rhône, mais il a dû emprunter un canal d’irrigation pour se retrouver sur le site des Grandes Cabanes.

En effet, c’est là qu’il a été aperçu, comme en témoigne Claire Tetrel, conservatrice du domaine des Grandes cabanes du Vaccarès-Sud, dans le parc de Camargue. Selon l’Office français de la biodiversité, “il a trouvé ici des conditions favorables à sa présence, canal d’eau douce à faible courant et faible pente, berges boisées en bon état avec des salicacées (comme les saules) et une grande quiétude”.

Un repeuplement sur tout le territoire français

Le castor, est une espèce qui est en train de repeupler le territoire français après une dure période. L’animal avait pratiquement disparu au début du 19e siècle. Le castor faisait alors l’objet d’une chasse sans merci. Il a survécu uniquement dans le Gard, le Vaucluse et les Bouches-du-Rhône, avant que l’on décide de mettre fin au carnage. La première mesure prise en faveur du castor, est l’interdiction de sa chasse au niveau local dès 1909. Il deviendra vraiment une “espèce protégée” en 1968. C’est à partir de là, que des opérations de réintroduction seront pratiquées. Depuis 1987, c’est l’Office National de la Chasse qui surveille l’évolution de l’espèce pour prévenir et observer son activité. C’est également ce même organisme, qui limite les dommages causés par le castor grâce à certaines procédures permettant sa capture.

L’Office national de la chasse et de la faune sauvage, maintien aussi une vigilance continue quant à l’arrivée potentielle du castor canadien (castor canadensis), espèce certes plus exotique, mais un peu trop envahissante.

Crédit photo : Samy SALAMOR

A propos de l'auteur

La Rédaction

La Rédaction