L'Echo

Le chêne de Darney : un bois Français d’exception

Pour la majorité d’entre nous, évoquez des bois précieux, cela sous-entend partir vers des horizons lointains. C’est oubliez un peu vite que nos exploitations forestières et nos forêts accueillent, elles-aussi, de nobles essences. Le beau bois français mérite peut-être un peu plus d’attention. À ce titre, le label “Forêt d’Exception” est là, pour mettre en valeur des forets. Il s’agit par exemple de Fontainebleau, ou du Tronçais dans l’Allier. La forêt de Darney pourrait bientôt rejoindre ce club très fermé.

Acajou, ébène, bois de rose, voilà des noms qui automatiquement resonnent dans nos têtes. Plus précisément, on retrouve parmi les bois les plus chers au monde, l’acajou de Cuba, l’ébène du Laos ou du Gabon ou encore le bois de violette. Toutes ces essences sont appréciés à juste titre pour leur qualité mais aussi a cause de leur rareté.

Le Chêne historique de France

En France, le Chêne a aussi acquis sa noblesse. Et pour cause, c’est sous l’Ancien Régime qu’il a pris toute sa grandeur. En effet, Colbert en a fait un cheval de bataille au XVIIe siècle pour soutenir l’effort de conquête du Roi Soleil. Il fallait du bois exceptionnel pour les bateaux de la Marine Royale en plein essor. Après la révolution et notamment celle industrielle, le chêne va passer vers une utilisation plus “tiers états” en servant par exemple de combustible pour les hauts fourneaux.

C’est donc toute une histoire, qui se conjugue a travers la forêt de Darney dans les Vosges. Elle veut, à son tour, faire apprécier son écosystème pour devenir un bois d’exception. Denis Dagneaux, directeur de l’Office national des forêts (ONF) dans le secteur Vosges Ouest, explique “on est sur des arbres qui gagnent 2 millimètres de diamètre par an. Ils poussent très lentement, mais aussi très régulièrement, ce qui leur donne ce grain exceptionnel”.

Des acheteurs venus du monde entier

Une attention particulière, un suivi individuel associé a un bel ensoleillement et un sol favorable sont la atouts de ces arbres. Les limons et argiles sont alimentés par des nappes d’eau au nom évocateur. Elles sont la source des villes thermales de Vittel ou Contrexéville. Pour en revenir a certains arbres qui arborent fièrement des centaines d’années, ils attirent des acheteurs internationaux, des spécialistes de la tonnellerie et de l’ameublement de luxe. Ils ont atteint la taille idéale pour l’exploitation, à savoir plus de 80 centimètres de diamètre. Ils sont exposés à la lisière de la forêt une fois par an en décembre.

Avec des clients américains, européens, néo-zélandais ou australiens, la merranderie, une activité qui consiste à produire des merrains, c’est-à-dire des lattes rectangulaires issues du fendage de bois. En exportant, 70 % de sa production, elle fait figure d’activité privilégiée au milieu de la filière bois, qui accuse un déficit commercial annuel de 7 milliards d’euros.

Crédit photo : Afonso Morais

 

A propos de l'auteur

La Rédaction

La Rédaction