L'Echo Nerd

Le disque vinyle, n’est plus dépassée, ni même vintage

L’année 2020 ne sera pas une année de crise pour l’industrie du vinyle. En pleine crise du Covid, les nostalgiques de la galette noire sont les témoins d’un drôle de renversement de situation. En effet, le chiffre d’affaires du vinyle dépasse désormais celui du disc compact aux Etats-Unis. Tout ceci est parfaitement sérieux, car les chiffres sont fournis par la, non moins sérieuse, Recording Industry Association of América (RIAA).

2020 : le retour en force du vinyle

Pour retrouver un tel rapport de force, il faut remonter à l’année 1986. Cependant, cela fait de très nombreux mois que cette tendance s’affirme. Au départ, on a pu imaginer assister à un regain d’intérêt passager pour le large support noir, mais au fur et a mesure cette tendance a fait place a un réel basculement plus durable. La RIAA indique que les douze mois de l’année 2020, la vente de vinyles a généré 619,6 millions de dollars. Ce sont des ventes qui représentent 136 millions de plus que celle de CDs. Celle-ci s’élève à 483,3 millions de dollars.

Au royaume des sourds, les malentendants sont rois

Il faut tout de même relativiser la chose, car les Américains ne sont pas les plus gros consommateurs de musique sur support physique. Ne, nous y trompons pas, le roi de l’industrie musicale reste quand même le streaming. Celui-ci constitue 83 % des revenus, soit 10,1 milliards de dollars. Derrière, tandis que la vente de vinyles a augmenté de 29,2 %, celle des ventes de CD a chuté de 23,4 %. La vente de CD a certainement plus ressenti la crise sanitaire. De nombreux disquaires ont été obligés de fermer pendant plusieurs semaines et parfois définitivement. Pourtant dans ce marasme ambiant, les revenus liés à la musique dites  “physique” , à savoir CD et vinyle n’a baissée que de 0,5 % aux Etats-Unis au cours de l’année 2020.

La valeur ne veut pas dire la quantité

Il est à noter, que si les ventes de vinyles ont certes dépassé les CD en valeur, mais pas en nombre. Le rapport explique que 31,6 millions d’albums sur CD ont été vendus en 2020, contre 22,9 millions d’albums sur vinyle.

Pour finir, notons que ce basculement de ventes américain n’est pas un fait isolé. En France, on observe la même tendance. Le rapport du Syndicat national des éditeurs phonographiques (SNEPP) précise que le vinyle a généré 64,4 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2019. En fait, c’est aussi 20 % des ventes physiques. Au passage, l’objet a tout de même légèrement changé de dénomination. On ne parle plus communément de “disques, mais bien de “vinyle”. Un petit retour en arrière, sans vraiment le faire paraître en quelques sortes.

Crédit photo : Vincent Chan

 

A propos de l'auteur

La Rédaction

La Rédaction