Non classé What else ?

Plus de jumeaux dans le monde, surtout dans les pays occidentaux

Constatation brute, il n’y a jamais eu autant de jumeaux dans le monde. Du côté des explications, c’est aussi assez simple. Cette hausse est du essentiellement a deux facteurs. D’une part, il est question du recours de plus en plus grandissant a la procréation médicalement assistée (PMA). D’autre part, il faut aussi prendre en compte l’âge plus tardif des grossesses.

De fait, une étude parue dans la revue spécialisée Human Reproduction fait état de plus de 1,6 millions de paires de jumeaux, qui sont nés dans le monde. Cela correspond à peu près à un bébé sur 40. Ce nombre démontre une augmentation de plus d’un tiers par rapport aux années 1980.

Cette augmentation ne touche pas vraiment les vrais jumeaux, dits monozygotes. Ils naissent partout dans les mêmes proportions. Le Pr Pison, qui a participé à cette étude confirme “un taux constant de quatre accouchements de vrais jumeaux pour mille accouchements ne variant pas avec l’âge de la femme, ni d’une région à l’autre“.

Plus de “faux jumeaux”

Par contre, dans cette augmentation, il faut souligner la hausse des grossesses de ce qu’on appelle les “faux jumeaux”. Cela veut dire qu’ils proviennent de deux ovules différents. Les faux jumeaux, proviennent de femmes qui ont des poly-ovulations. Celle-ci peut-être une caractéristique génétique qui se transmet. Cependant, le phénomène de poly-ovulation peut aussi être lié à d’autres facteurs.

Le premier concerne l’âge de la mère, car après 35 ans, la femme peut avoir plusieurs ovulations sur certains cycles. Dans ce cas, ses deux ovocytes sont fécondés par deux spermatozoïdes. Le second est en relation avec l’augmentation du recours à des traitement stimulant l’ovulation chez les femmes ayant des difficultés à être enceintes. C’est dans ce cadre que la procréation médicalement assistée (PMA), a contribué à cette augmentation des naissances multiples.

Évidemment, le recours a la PMA a fait grimpé le nombre de “faux jumeaux” surtout dans les pays riches. En effet, le recours à cette pratique est plus répandue. Le phénomène a commencé dans les années 1970 et maintenant, on peut faire des constats sur plusieurs décennies. De manière plus classiques le nombre de gémellités est le plus important en Asie, tout simplement parce qu’elle rassemble 60 % de l’humanité. Ensuite, arrive l’Afrique, qui affiche un taux de natalité, qui se situe entre le double et le triple de celui des autres continents ainsi que par un taux de gémellité au départ le plus élevé du monde. Certaines ethnies, par exemple africaines, possèdent génétiquement plus d’IGF et sont plus sujettes aux grossesses gémellaires.

Depuis l’écart s’amenuise entre les taux de gémellité en Europe et en Amérique du Nord et ceux de l’Afrique. Ils atteignent respectivement 14,4 et 16,9 accouchements de jumeaux sur mille. Ces deux continents rejoignent le taux de l’Afrique qui de son côté n’a pas pratiquement pas changé et reste a 17,1.

Crédit photo : vidar nordli mathisen

 

A propos de l'auteur

La Rédaction