Poli-tic What else ?

Mamie Wong, militante pro-démocratie et symbole de vraie contestation

Voilà un personnage qui devrait faire réfléchir certains de nos “révolutionnaires de pacotilles” qui envahissent le plus souvent les réseaux sociauxIl s’agit de Mamie WongLes autorités Hongkongaises ont arrêté cette irréductible militante de 65 ansicône de la jeunesse pro démocratieSon délit est d’avoir manifesté seule en brandissant sa pancarte en hommage aux victimes de Tiananmen.  Ironiquement sa démarche isolée l’a fait arrêter pour incitation au rassemblement illégal.

Une Mamie, symbole de la lutte pour la démocratie

Pour cette vieille dame, comme elle se décrit, il ne s’agit pas de s’afficher sans masque ou d’invoquer la liberté d’expression afin de pouvoir insulter ou cracher de fausses vérités. Mamie Wong, elle, est au prise avec une vrai pouvoir dictatorial. En effet, les rassemblements sont presque systématiquement interdits a Hong-Kong depuis le renforcement par Pékin, du contrôle sur ce territoire autonome.

Une jeune fille pourtant bien comme il faut

De plus ce n’est pas son coup d’essai, les services de polices chinois la connaissent bien. En 2014, elle faisait partie du Mouvement des parapluies. A la base, c’est une des bénévole au sein de l’ONG World Vision. Ensuite, elle va de nouveau être arrêté en 2019. Cette fois, ce sera un parcours standard d’un opposant au régime. Durant quatorze mois, la dame est incarcérée à seize dans 20 m2. Elle subit des interrogatoires musclés, puis elle prend la direction un camp d’endoctrinement patriotique au nord de la Chine. Elle réapparaît à Hong Kong, fin 2020.

Pas de quoi entraver la démarche et l’ardeur de Mamie Wong. Celle-ci a définitivement des envies de plus de démocratie. Pour cette fille de petits patrons chinois, qui a grandi dans le quartier modeste de Sham Shui Po, à Hong Kong, le déclic a eu lieu après un voyage a Vienne en Autriche. Au début, cette diplômée de comptabilité, y est allé pour étudier la musique, elle a visiblement étendue sa partition.

Ne pas oublier Tiananmen

Cette fois, avec sa pancarte et son parapluie jaune, elle marque à sa manière le 32e anniversaire de la répression du mouvement étudiant de Tiananmen. Alexandra Wong a commencé par scander des slogans dans un parc. Ensuite elle est allée en direction du Bureau de liaison seule, tout en étant suivie et filmée par la police. Celle-ci l’a été arrêtée deux fois puis relâchée temporairement. Comme souvent, les autorités s’autorisent la possibilité de l’inculper formellement pour “incitation à manifester”. Les autorités utilisent souvent ce prétexte pour poursuivre les opposants.

La situation tendue de Hong-Kong

Cependant, le but est atteint, car cette arrestation permet de rappeler que la pression est toujours intense a Hong-Kong. Les rassemblements sont presque toujours interdits depuis le renforcement par Pékin, du contrôle sur ce territoire autonome. La démarche de Mamie Wong est une manière de démontrer presque par l’absurde la “tolérance zéro” à l’égard des manifestations qui ont lieu dans cette ancienne colonie britannique.

Tout le monde n’est pas Mamie Wong

Cependant, même si la pandémie de Covid 19 sert parfois de prétexte au refus des demandes d’organisation de manifestations, Mamie Wong a manifesté avec un masque sur le visage, car il ne faut pas tout mélanger. C’est donc aussi une occasion de remettre certaines choses a leur vraies places. Tout le monde n’est pas Mamie Wong, et n’est heureusement pas confronté a des évènements aussi intenses et difficiles, c’est une évidence. Le tout est de bien s’en rappeler a certains moments pour bien cerner la teneur des revendications. Il ne s’agit pas de minorer l’importance de toutes les revendications, mais juste de bien en déterminer les implications pour plus d’efficacité. Cela permet aussi de ne pas galvauder les mots et invoquer tout et n’importe a tout bout de champs.

Crédit photo : Joseph Chan

 

 

A propos de l'auteur

La Rédaction