L'Echo Non classé

Cnews : l’information française, made in America

La fascination américaine, ce n’est pas nouveau dans notre beau pays. Depuis que les “libérateurs”, ont foulé les cotes normandes, bardé de Coca-Cola et de Lucky Strikes, difficile d’échapper à l’influence de nos amis venus d’outre-Atlantique. Bien sûr, nous sommes nombreux à dénoncer cet état de fait. Les zélés défenseurs de la culture française y voient une des plus dangereuses attaques internationalistes contre notre pays, ses valeurs, sa culture et ses traditions. Parmi ces ardents résistants, on retrouve bon nombre de chroniqueurs de la chaîne Cnews. Pourtant, celle-ci doit en fait beaucoup à ses homologues américaines.

Perte de repaire générale

En effet, que de débats et de déclarations, sont faits pour regretter le manque de culture française et la perte de repaire nationaux. C’est surtout vers notre jeunesse que ces suppliques sont adressées. Pour les autres, de nombreuses polémiques bien entretenues, concernent la politique intérieure française, mais prennent leur racine dans le contexte international. Par exemple, un reproche courant affirme que les idées et les pratiques importées des États-Unis rendent les Français obsédés par la différence ethnique, religieuse et sexuelle. Ceci se fait au détriment d’une vision plus républicaine, qui met en valeur une identité spécifique construite et partagée par tous et pour tous.

Les médias made in US

Cependant, ils n’ont pas totalement tort, la politique française s’américanise. Cependant, ce n’est pas simplement sous l’effet de théories de gauche ou des reproches de censure. Il est aussi question d’un recours à un style de couverture médiatique agressif, belliqueux et sensationnel.

L’exemple contradictoire Cnews

Au milieu de tout cela, on retrouve Cnews dont le nom a consonance anglo-saxonne donne le ton. En effet, la chaîne lancée en 2017 par Vincent Bolloré, constitue un parfait exemple. D’ailleurs elle se comporte comme sa référente americaine Fox news. De nombreux sujets d’actualité sont rabâchés couverts de manière obsessionnelle. Tout est mis en place pour en faire de vrais-faux débats nationaux. La ressemblance ne s’arrête pas. L’actualité tourne souvent en circuit-fermé. Au lieu de consacrer du temps aux principaux faits divers de la journée, les animateurs préfèrent revenir sur d’éventuelles provocations et autres déclarations fracassantes faites par des invités, parfois quelques secondes avant.

Mimétisme flagrant avec Fox news

 A ce jeu-là, la similitude entre Pascal Praud et Tucker Carlson de Fox News ne semble pas fortuite, ni involontaire. Tout deux joue la même partition. La discussion sur des sujets plus clivants que réellement d’actualité pour s’imposer comme le porte-parole de la majorité silencieuse. Celle qui travaille, souffre et n’a pas droit à la parole, car celle-ci est monopolisée par l’intelligentsia bobo parisienne.

Des débats tronqués et artificiels

De fait, le débat n’a souvent plus le niveau que revendique avec fierté la France et qui en ferait une réelle et glorieuse spécificité. On se rapproche plus du buzz, de la déclaration fracassante et du raccourci facile. Paradoxalement, tout ce joli petit monde, qui s’adresse au peuple, choisi délibérément de caricaturer les choses pour bien-être compris et surtout suivi. Cela sous-entend un réel mépris, celui de penser que la fameuse majorité silencieuse se tait juste parce qu’elle n’est pas capable et ne veut pas comprendre des situations plus complexes qu’elles ont l’air. Cnews n’est qu’un exemple de l’américanisation de l’actualité en France. Elle n’est pas la seule, mais ses intervenants et autres chroniqueurs se vantent d’être les défenseurs de la spécificité française.

Du coup, le plus souvent, on se retrouve donc avec 2 camps, les bons et les mauvais, les antis et les pour, dans un paysage politique qui va de la droite a la droite et qui se décline par 2 grandes forces.

“France make great again” en quelques sortes.

Crédit photo : Giulia May

 

 .

A propos de l'auteur

La Rédaction