Les buzz ! Sorties

Seins nus : une pratique moins TOP et qui LESS du terrain

Comme souvent, comme d’autres époques, cette période de l’histoire véhicule son lot d’attitudes paradoxales. Nos sociétés occidentales ont du mal à digérer la mise en place au quotidien d’une concrète et totale égalité homme-femme. Jusque dans les années 70, ce fut le combat philosophique et politique, les années 80 et 90 furent celles de la mise en place institutionnelle. À partir de 2000, il faut maintenant gérer les conséquences sociologiques de ces changements. Depuis quelques années, il faut assumer le plein partage des responsabilités et d’un espace commun toujours plus grand. Cela ne se fait pas facilement et on assiste à quelques revers. Par exemple, les vidéos YouTube les plus populaires sont “dégradantes” pour l’image de la femme et on remballe les seins sur les plages.

Un sondage qui en dit long

Concernant YouTube, difficile de faire de comparaison, car le développement des réseaux sociaux est relativement nouveau, mais concernant la pratique du Topless, il s’agit d’un vrai recul par rapport à un mouvement qui ne date pas d’hier. Un dernier sondage réalisé par l’IFOP a mis en chiffre ce que nous pouvions largement deviner d’un simple coup d’œil sur nos plages. Il s’est effectué sous la forme d’un questionnaire auto-administré en ligne auprès d’un échantillon de 1500 femmes, représentatif de la population féminine française âgée de 18 ans et plus.

Le résultat est sans appel, les Françaises remettent le haut. Dans les années 80, le topless était pratiquait par 43 % des femmes de moins de 50 ans. Aujourd’hui, elles ne sont plus que 16 %. Il s’agit maintenant d’analyser les raisons de ce revirement.

Les seins plus sensibles au soleil

La raison qui revient le plus souvent est le risque que l’exposition au soleil fait encourir à la peau. 53 % des femmes avancent cet argument de santé. Il semblerait que la peau de la poitrine soit plus sensible. Elle est plus fine et comme c’est une partie bombée, le risque de brûlure est plus élevé. De plus, selon de nombreux spécialistes, la peau des seins serait plus vieille d’environ trois ans par rapport au reste de notre corps. Comme on peut l’imaginer cela ne suffit pas a expliquer ce revirement de pratiques.

Des raisons sécuritaires et l’impact des réseaux sociaux

Certaines raisons sont moins faciles à évoquer. Cependant, certaines n’hésitent pas à avouer des raisons qui ont trait à la sécurité. Selon le rapport, 38 % des femmes interrogées craignent “d’attirer les regards concupiscents”. Plus grave, 35 % d’entre elles ont peur d’une agression verbale, physique ou sexuelle. Ces motifs sont plus évidents chez les jeunes femmes du panel. À ces raisons sécuritaires et cette peur de l’agression physique ou verbale, il faut maintenant rajouter la peur qu’une photo d’elles soit prise et publiée sur les réseaux sociaux. À ce sujet,  30 % de ce groupe d’âge craignent aussi de recevoir des critiques négatives sur leur poitrine. Comme souvent, dans ce cas-là, l’enfer c’est les autres ou du moins leur regard. On peut y craindre de l’agressivité, un jugement ou de la moquerie. 

Une pratique qui diffère suivant le type de plage

Face à cela, des inégalités s’opèrent. Les femmes qui continuent le plus, à se promener les seins nus sur la plage, se retrouve dans des catégories sociales aisées. Elles sont cadres, diplômées du supérieur. De fait, elles fréquentent des plages ou des endroits plus favorables au dévoilement des corps que les catégories populaires. Par exemple des plages ou des lieux moins fréquentées et moins familiaux. Évidemment, les femmes qui s’y adonnent font aussi preuve d’une certaine confiance en elles. Elles ont un rapport positif avec leur corps. Elles osent se montrer généralement plus dévêtues et estiment que leurs seins ne sont “ni trop petits, ni trop grands”.

Molière aurait peut-être écrit : cacher ce sein que tu ne saurais pas montrer

Crédit photo : Nestoras Argiris

 

A propos de l'auteur

La Rédaction