Les buzz ! Nerd

Wish : des produits, bizarres, mais surtout dangereux

Les vrais amateurs d’achats en ligne ne peuvent pas ignorer Wish. Même si on n’est pas acheteur, il est difficile d’éviter les nombreux encarts publicitaires concernant leurs produits. Certains d’ailleurs ont la particularité d’être assez improbables. D’autres hélas sont par contre moins “distrayante”. Ils sont considérés comme dangereux. C’est le cas par exemple pour 90 % des appareils électriques et 45 % des jouets analysés. De fait, le site vient d’être interdit de parution sur Google. 

Des articles parfois “étonnants”

C’est une requête assez rare que les services français de la répression des fraudes viennent de faire. Ils ont demandé le déréférencement de la plateforme de vente en ligne winch. Il ne sera donc plus possible de voir apparaître spontanément toute la panoplie des ustensiles indispensables. C’était le cas du réservoir pour faire pipi en voiture ou spécialement étudié pour les femmes. Fini aussi, le casque pour les poules, les magnifiques bananes représentants des ventres poilus. On oublie ces pantalons leggins au motif les plus impensables. Et enfin, terminé le slip plastique ou les chaussettes viandes.

Witch déjà surveillé depuis 2010

Cependant, ce n’est pas pour toutes ces atteintes au bon goût que la plateforme va faire profil bas sur Google. Les faits reprochés sont évidemment plus graves. En effet, la firme créée en 2010 et basée à San Francisco, qui appartient à la société ContextLogic, s’est spécialisée dans la vente de produits venus de Chine. Or, ces produits a très bon marché ne sont pas toujours très conforme. Cela n’empêche pas la plateforme de revendiquer quelque 100 millions d’utilisateurs actifs, et est entré en Bourse à Wall Street en décembre 2020.

Une première en Europe

Cette “mise en veilleuse” est la conséquence d’une action qui date déjà novembre 2020 A cette date la plateforme avait déjà fait l’objet d’une première enquête par la répression des fraudes. Elle était notamment accusée de faire des réductions de prix “trompeuses” et de mettre en vente des pros. Cette dernière décision de référencement constitue une première en Europe.

Des produits classiques et dangereux

Concrètement, de réels dangers sont signalés sur des familles de produits sensibles comme les jouets qui sont 95 % à être non conformes, dont 45 % dangereux. Cela veut dire que les peluches, ont des parties trops facilement detachables et être ingèrés par des nourrissons ou un enfant, ou de tétines contenant du bisphénol A, une substance suspectée d’être un perturbateur endocrinien et interdit depuis 2017 dans les produits pour enfant. Ce n’est pas mieux pour les appareils électriques, plusieurs guirlandes lumineuses ou de chargeurs, qui présentent un risque de choc électrique pouvant entraîner un départ de feu du sapin, voire de votre habitation.

On pourrait multiplier les exemples, et si on rajoute à cela une approche extrêmement limite des tech niques de ventes, cela suffit largement à expliquer la mise à l’écart des moteurs de recherches de la plateforme américaine. Pour les inconditionnels, il faudra maintenant faire la démarche de taper le nom du site. Vous ne pourrez plus dire que c’était le hasard, si on vous surprend à regarder une dame un peu dénudée proposant un objet bizarre pour des soirées disons “particulières”.

Crédits photo : pickawood

A propos de l'auteur

La Rédaction