L'Echo Les buzz !

Coca Pola : la bière qui fait mousser Coca-cola

Cela tient parfois à peu de chose, comme pour de nombreux cas, une seule lettre change et tout change. Une lettre et un trait d’union différencient le Coca Pola et le Coca-Cola. C’est peut-être un détail pour vous, mais pour la marque de sodas universellement connue, ca veut dire beaucoup. Coca pola est le nom d’une bière indigène, qui  comme d’autre avant, est soupçonné d’utiliser cette ressemblance de nom pour booster ces ventes. La multinationale, demande un changement de nom et engage une action civile.

La peur d’un précédent juridique chez Coca-Cola

Le message de Coca-Cola est clair et ses dirigeants ont annoncé ” cela pourrait générer une confusion sur le marché et constituer un avantage indu pour la réputation de la compagnie”. Évidemment, il ne s’agit pas concurrence directe, mais la firme d’Atlanta ne veut pas de précédents fâcheux pour la suite.

Un brasseur de bière à base de Coca

En face de Coca-Cola, on retrouve cette fois une bière, brassée par les Indiens Nasa du département de Cauca. Évidemment, avec un nom pareil, il est difficile de ne pas faire un parallèle tant orthographique que phonétique. Une belle aubaine que les brasseurs colombiens se sont empressés d’exploiter. Il faut dire que Coca Pola est une bière produite par la société Coca Nasa, une entreprise indigène. Celles-ci produit aussi de l’alimentations, des médicaments traditionnels, boissons aromatiques et bien d’autres produits. Tous sont fabriqués à partir de la feuille de coca. D’ailleurs, on peut remarquér que cette plante est sacrée pour les communautés indigènes, ce qui n’est pas le cas avec les habitants de la ville américaine.

David contre Goliath

Bien conscient de la publicité que ce débat et cette controverse peut susciter, David Curtidor, responsable juridique de Coca Nasa, affirme ” Nous irons aussi loin que Coca-Cola nous mènera. Nous danserons sur n’importe quel air qu’ils joueront. S’ils nous menacent de notre existence même, nous résisterons “. Il assure aussi que ce n’est pas la première fois que la multinationale américaine les menace juridiquement. Pour la défense de ces clients, il rappelle que cette appellation est tout a fait justifiée. En effet, cela vient du terme «pola», qui veut dire bière en Colombie, et «coca», diminutif de la plante qui est la matière première de la cocaïne.

Une menace de procès

Des menaces de procès sont dans l’air et on risque de voir un énième combat de David contre Goliath judiciaire. , Coca Pola existe depuis quatre ans, produit 7 000 bières par mois et emploie environ une vingtaine de salariés. Un accord à l’amiable sera certainement la sortie de crise recherchée, avec un chèque et quelques zéros derrière, il se pourrait que tout rentre dans l’ordre.

Crédit photo : Jackie Zhao-

 

 

 

A propos de l'auteur

La Rédaction