L'Echo Les buzz !

Amazon : pas de plateforme logistique près du Pont du Gard

La puissance, l’argent, et les promesses ne l’emportent pas toujours. C’est peut-être l’aqueduc qui cache la vallée, mais ce n’est pas sous le Pont du Gard qu’un amas viendra zoner. En effet, pour des raisons environnementales et suite à une forte mobilisation citoyenne que le ce site de stockage Amazon n’a pas reçu l’autorisation de s’implanter. De plus, le promoteur du projet annonce ne pas faire appel de la décision du tribunal administratif.

Un projet générateur d’emploi

Et pourtant, les promesses étaient alléchantes pour le secteur. Pas moins de 600 emplois à temps plein devaient être crée, sans compter les retombées annexes. De quoi largement dynamiser le coin. Cependant, comme toujours il y a la contre-partie. A savoir la construction d’un énorme bâtiment de 38.800 mètres carrés sur un terrain de 13,7 hectares servant centre de tri de colis. A cela, il faut rajouter la rotation de plus de 500 camions par jour. L’intérêt de l’endroit réside dans sa proximité de l’autoroute A9, axe important vers l’Espagne.

Mais difficile a intégrer dans le paysage

Seulement, voilà, tout cela n’est pas forcément très discret et difficilement compatible avec le Pont du Gard, ce merveilleux et antique monument inscrit au patrimoine mondial. C’est ce que plusieurs associations écologistes, dont l’Association pour le développement de l’emploi dans le respect de l’environnement (Adere)ont fait valoir pour arracher l’annulation de ce permis environnemental. Ils ont réussi à convaincre les autorités que le centre logistique d’Amazon risquait de dénaturer trois sites majeurs classés au patrimoine mondial de l’Unesco, le site du Pont du Gard, la zone de biosphère des gorges du Gardon et le patrimoine du savoir-faire de pierres sèches.

Une décision définitive enterre ce projet

Une fois n’est pas coutume donc, la préservation de l’environnement a été jugée plus importante que les emplois potentiels créés par Amazon. En effet, la société Argan, propriétaire du terrain et qui devait piloter ce projet, ne fera pas appel de l’annulation de l’autorisation environnementale accordée au projet de centre de tri du géant à Fournès. Ce qui signifie que le projet est définitivement abandonné.

Mais un autre pourrait voir le jour

Ce n’est pas le premier revers que subit Amazon et la plateforme a déjà du faire avec d’autres annulations de projet autour de site logistique. Il reste que la société de Seattle a déjà ouvert 31 sites logistiques en France. Elle continue a avancer malgré certains obstacles comme à Montbert, près de Nantes ou au le site de Fournès. D’ailleurs, à ce sujet, le groupe n’a peut-être pas dit son dernier mot. Il semblerait qu’in nouveau projet de moindre importance et en accord avec les normes environnementales pourrait être proposée dans les années à venir. 

Comme on peut aisément le comprendre, il va devenir très difficile de stopper la croissance d’Amazone en France. Le groupe envisage de doubler ses surfaces de stockage d’ici 2021. Celles-ci dépassent déjà les 800.000 m2.

Crédit photo : Jeremy Bezanger

 

 

A propos de l'auteur

La Rédaction