Les buzz ! Nerd

La France veut compter sur sa plateforme de calcul quantique

Quand il y a beaucoup de ministres présent, c’est le signe que c’est important. C’est ce qui s’est passé pour le lancement de la plateforme nationale de calcul quantique française. Petit rappel, les technologies quantiques exploitent les propriétés surprenantes de la matière à l’échelle de l’infiniment petit. Évidemment, pour notre quotidien, cela ne va pas changer grand-chose dans l’immédiat. Cependant, il est clair que le domaine est suffisamment important pour que la France évite de rester trop à la traîne. Ce projet fait partie du plan quantique annoncé l’an dernier par Emmanuel Macron.

Un programme ambitieux en la matière

Ce n’est pas tous les jours qu’un projet met en scène à la fois les ministres des Armées, de la Recherche et du numérique. Ils ont lancé officiellement la plateforme nationale de calcul quantique, celle-ci doit permettre à la France de développer cette technologie. Elle va révolutionner et devenir indispensable dans le domaine de l’informatique. Il s’agit de mettre en place un programme qui va coupler des machines quantiques à un super-calculateur classique. Le tout devrait constituer des systèmes hybrides pour certains types de calculs et d’applications. Cela va permettre à terme de construire des ordinateurs aux capacités de calcul incomparablement supérieures a celles des plus puissants super-calculateurs actuels. Le premier couplage d’une machine quantique avec un super-calculateur est prévu pour 2023.

Des moyens pour des résultats d’ici 5 ans

Au niveau des moyens, l’Etat a budgété 72 millions d’euros. Ce financement va venir s’ajouter à 100 millions d’euros issus de collectivités, d’entreprises et de financements européens. Cette plateforme hybride interconnectera des systèmes classiques et des ordinateurs quantiques. Concrètement, elle est censée proposer des solutions sur le marché d’ici 5 ans.

La technologie quantique, priorité du ministère des Armées

Cependant, la présence du ministre des armées dans cette présentation n’est pas fortuite. En effet, le calcul quantique entre en jeu et devient un atout dans la stratégie militaire en plusieurs points. Il permet de meilleure performance dans le domaine de la dissuasion et des applications militaires du Commissariat à l’Énergie Atomique (CEA). De même, les capteurs quantiques, suscitent aussi l’intérêt des armées françaises. Ils fournissent permettent d’améliorer les performances de détection des armements et de la navigation.

Pour finir, notons qu’il appartient au gouvernement français de suivre l’évolution dans le domaine. Le risque est d’être tout simplement dépassée. Cela redirait nos capacités et une certaine forme indépendance et de souveraineté en la matière. Il s’agit de garder un temps d’avance pour lutter contre l’ordinateur quantique ennemi, qui pourrait bien, éventuellement tenter de casser certains algorithmes de sécurité.

La France et le domaine quantique, ce n’est pas nouveau 

Notons tout de même que le domaine quantique en France n’est pas une chose complètement nouvelle. Le pays possède peut déjà compter sur Quandela et son générateur de photons uniques pour l’ordinateur quantique optique. De même parmi les start-ups françaises, on remarquera Pasqal, qui est en train de développer une machine de 100 Qubit (l’unité permettant de caractériser le potentiel d’un ordinateur quantique) reposant sur la technologie des atomes neutres. L’attraction de notre pays a aussi agi pour amener sur notre sol des entreprises étrangères comme le Finlandais IQM, une référence dans le domaine des ordinateurs quantiques

Crédit photo : Anton Maksimov

 

A propos de l'auteur

La Rédaction